Le 23 avril dernier, Monique Lefebvre, directrice générale d’AlterGo inaugurait le 35e Défi sportif AlterGo dont elle est la fondatrice. À 24 heures de la fin de cette édition anniversaire qui aura accueilli un nombre record de plus de 7000 participants, un retour en arrière jusqu’au 28 avril 1984 s’impose.

Il y a 34 ans jour pour jour, le premier Défi sportif AlterGo de l’histoire tirait à sa fin après quatre journées de compétitions. Pour l’événement, l’organisation avait oublié quelque chose de primordial : il y avait plusieurs bouches à nourrir ! « L’aspect alimentaire nous avait complètement sorti de la tête. Nous faisions livrer de la pizza ou autre chose du même genre » relate Monique Lefebvre en riant, marquée par cet oubli. Dès l’année suivante, ils ont rectifié le tir. « Cela a été la leçon numéro un et c’est devenu un point fort par la suite. »

Déjà à l’époque, 720 athlètes étaient présents au Complexe sportif Claude-Robillard, dont Marc Jubinville, alors membre de l’équipe de basketball en fauteuil roulant des Kamikazes de Saint-Hyacinthe. Il n’a raté aucune édition depuis.
« C’est un défi comme le nom le dit. J’ai été très chanceux de pouvoir jouer chaque année. C’est important d’être ici, car je trouve ça valorisant. Il y a comme une magie et je vois l’évolution, je vois les jeunes jouer. Il y en a que je connais depuis qu’ils sont tout petits, je pourrais être leur père ou leur grand-père. »

Marc Jubinville se souvient avoir financé de façon particulière sa première participation avec ses coéquipiers. « Nous avions quelques centaines de macarons à vendre à 1$. Nous les avons tous vendus et cela a payé notre entrée dans le tournoi », raconte-t-il.

De plus en plus de sports et de plus en plus d’athlètes se sont joints à l’aventure et ont découvert le Défi sportif AlterGo. À travers les années, l’équipement, les systèmes de classification des athlètes et les styles de jeu se sont peaufinés jusqu’à aujourd’hui.

« Dans les premières années, les joueurs de basket jouaient en jeans et en bottes ! Les vêtements sportifs ce n’était pas du tout comme aujourd’hui », se rappelle Monique Lefebvre.
« Le basketball a évolué énormément dans les manières de jouer et les façons de faire », ajoute Marc Jubinville, qui lui, se rappelle surtout du fauteuil roulant de 35 livres qu’il utilisait pour jouer ! « Encore aujourd’hui, je dois jouer avec la plus vieille chaise du tournoi. Elle a été soudée 4-5 fois. »

Les premiers fauteuils roulants utilisés n’étaient pas du tout faits pour le sport tandis que ceux utilisés maintenant sont vraiment adaptés. « Avec les nouvelles technologies, c’est merveilleux ! Ils sont beaucoup plus rapides et les chutes sont beaucoup plus rares », explique Marc Jubinville.

Le scolaire bien représenté

Le Défi sportif AlterGo a grandi en 35 éditions, notamment grâce à la présence de plus en plus grande du volet scolaire. En moins de dix ans, la participation scolaire a même plus que triplé, passant de 2000 à plus de 6000 athlètes, grâce au soutien de Québec en forme.

« Dans les orientations du Défi sportif AlterGo, nous avons toujours voulu développer le sport auprès des enfants. Nous avons toujours souhaité recruter de futurs Paralympiens et stimuler les jeunes à bouger », dit Monique Lefebvre.

Du sport tous les jours de l’année

En termes de développement sportif, de plus en plus de sports sont adaptés et spécifiques selon les limitations et les habiletés. « Cela a commencé avec le basketball et ça continue avec les autres sports », précise Marc Jubinville.

« Le parahockey parle à beaucoup de parents. La venue du boccia permet à des athlètes qui ont des handicaps plus sévères de pratiquer un sport et même penser à faire un parcours international », analyse Monique Lefebvre.

Le Défi sportif AlterGo est peut-être bien ancré, mais l’objectif d’AlterGo est aussi de faire bouger les gens 365 jours par année. « Le but est qu’ils aient une vie normale, accès aux mêmes services que les autres. »

Tout comme il y a 35 ans, le Défi sportif AlterGo a toujours sa raison d’être et la conservera dans les années à venir. Le chemin parcouru est grand, mais la route vers l’accessibilité universelle se poursuit et il y a encore des obstacles à faire tomber.

« On se donne rendez-vous dans 5 ans pour le 40e Défi sportif AlterGo ? » demande Monique Lefebvre à Marc Jubinville.
« Certainement ! Tant que j’aurai la santé » conclut le doyen du Défi sportif AlterGo.