L’Open mondial BISFed de Montréal, présenté dans le cadre du 35e Défi sportif AlterGo n’aura jamais été aussi important. Dix-huit nations dont les cinq meilleures au monde en boccia sont représentées à Montréal.

Pourtant, le boccia reste un sport méconnu. Des balles et un cochonnet lui donnent des allures de pétanque et de curling. Le mélange de stratégie et d’adresse nous permet d’assister à des matchs enlevants qui confondent tous les sceptiques.

« C’est le sport au niveau paralympique qui s’adresse aux handicaps les plus lourds. Ce ne sont pas des gens qui peuvent performer en basket ou en rugby en fauteuil roulant. Ça s’adresse à une clientèle particulière », explique l’entraîneur-chef de l’équipe canadienne Mario Delisle, à la tête d’une délégation de 11 joueurs pour l’Open mondial.

Tomber en amour avec le boccia

Qui sont les meilleurs candidats ? « Ce qu’on note d’abord, c’est leur profil physique, la longueur de leurs bras et leur spasticité, surtout pour ceux qui ont une paralysie cérébrale », mentionne Mario Delisle.

Le plus important n’est pas nécessairement dans les prouesses physiques, mais dans la planification du jeu et les stratégies. « Quand on rajoute tous les éléments techniques nécessaires tant dans le geste, l’équipement, il y a beaucoup de détails. Ça prend donc une clientèle particulière dans ce sport », ajoute-t-il.

Même s’il y a parfois des réticences au début, les athlètes tombent rapidement en amour avec le boccia », remarque-t-il.
Membre de l’équipe nationale, Iulian Ciobanu peut en témoigner. « C’est le boccia qui est tombé en amour avec moi, puis j’en suis tombé amoureux », raconte le Montréalais qui a découvert le sport grâce à Dystrophie Musculaire Canada il y a quatre ans.

« C’est un sport qui est un peu à l’opposé de ma personnalité, alors comme dans un couple, on se complète ! » ajoute en riant celui qui était membre de la délégation canadienne aux Jeux paralympiques de Rio.
Pour bien viser, il faut rester calme et concentré. « De nature, je suis un peu plus impulsif, mais j’ai appris à gérer mes émotions. Ça m’aide beaucoup dans mon sport. »

Les deux derniers jours ont été consacrés aux rondes préliminaires du tournoi individuel à l’aréna Maurice-Richard. Les médaillés seront connus le 26 avril tandis que la compétition en double sera disputée les 27 et 28 avril.