Boucherville, 26 avril 2019 – Quatorze équipes et une seule médaille d’or à l’enjeu. Il ne manquera pas d’action au cours des cinq prochains jours au Centre sportif Duval Auto de Boucherville, qui accueille le Championnat canadien de curling en fauteuil roulant depuis vendredi dans le cadre du 36e Défi sportif AlterGo.

Championne en 2013, mais septième l’année dernière, l’équipe du Québec a des objectifs bien précis. « Nous voulons reprendre notre titre. Nous sommes venus pour gagner », mentionne Carl Marquis qui fait équipe avec le skip Benoit Lessard, François Lacourse, Johanne Mathieu et Christine Lavallée.

« Je parle de podium et de médaille d’or, mais il faut quand même y aller étape par étape, précise-t-il. Il faut d’abord passer par les poules puis les premières rondes éliminatoires. »

Le Championnat canadien de curling en fauteuil roulant est de retour dans le giron du Défi sportif AlterGo cette année et le sera encore en 2020. Marquis et ses coéquipiers veulent rendre fiers parents et bénévoles qui verront de près les meilleurs au pays en action. « C’est le fun voyager, mais c’est aussi le fun d’être proche de la maison. Ici, c’est chez nous. C’est énorme le Défi sportif AlterGo et c’est le fun de montrer à tous les bonnes performances qui peuvent se passer en curling. »

Sa coéquipière Johanne Mathieu est véritablement à la maison puisqu’elle fait partie du club de curling de Boucherville. « Ça donne de l’assurance et de la fierté de représenter mon club à l’échelle nationale. C’est gratifiant », raconte-t-elle.

Deux équipes québécoises en lice

Si le Championnat canadien se joue à 14 équipes, c’est parce que les trois premières de l’édition précédente, de même que la province hôtesse ont le droit d’inscrire deux formations. La Colombie-Britannique, la Saskatchewan, l’Ontario, ainsi que le Québec peuvent donc compter sur deux équipes à Boucherville.

En plus de faire progresser le sport à l’échelle du pays, un maximum de formations peut également goûter au calibre relevé du tournoi. « Dans les équipes que nous retrouvons ici, plusieurs d’entre elles pourraient jouer aux Championnats du monde ou aux Jeux paralympiques », affirme Marquis.

« La volonté de la fédération canadienne est de donner la chance à plus d’équipes d’avoir la flamme du curling et de vouloir continuer à progresser en vue de mieux faire encore l’année suivante », explique le Québécois.

En plus de l’équipe du Québec qui représente la province sous le nom de Québec 1, le Club de curling Victoria, de Québec, est également en lice, sous l’appellation Québec 2.

Si le skip Claude Brunet et Sébastien Boisvert ont déjà de l’expérience sur la scène nationale, il s’agit d’une première pour leurs coéquipiers Michel Pelletier, Monique Martel et Mario Trudel.

« C’est une belle occasion pour nous et ce sera une belle expérience. Cela nous permettra de tester notre niveau et d’avoir la piqûre de la compétition. Je suis prêt et il faut l’être, car il y a de bons joueurs ici », raconte Claude Brunet.

Le hasard a fait que les deux formations québécoises sont dans le même groupe préliminaire et se sont affrontées vendredi après-midi au premier jour de la compétition. « C’est dommage que nous soyons dans la même division, mais nous les connaissons alors nous étions moins nerveux », ajoute Brunet.

Québec 2 a d’ailleurs créé la surprise en l’emportant 9-4.

La formation Québec 1 avait pour sa part déjà une partie de jouée puisqu’elle s’était opposée à l’équipe Ontario 1 en matinée. Le match a été serré jusqu’à la toute fin et la dernière pierre a été déterminante, permettant aux Ontariens de l’emporter 5-4.

Les 14 équipes sont divisées dans deux groupes. Les trois premières formations de chaque groupe obtiendront leur laissez-passer pour les quarts de finale mardi.

Si la Saskatchewan est championne en titre, les paris sont ouverts quant à la prochaine équipe qui sera couronnée. Le tout sera décidé lors de la finale, mercredi.

« C’est la beauté du curling, tout peut arriver! », conclut Carl Marquis.