Montréal, 29 avril 2019 – Après trois jours d’action sur les différents sites de compétitions, 1435 jeunes athlètes sont débarqués au Complexe sportif Claude-Robillard lundi pour le début du volet scolaire du 36e Défi sportif AlterGo. Parmi eux, une quinzaine d’élèves de l’école Curé-Antoine-Labelle ont envahi les terrains de soccer, accompagnés d’un groupe d’entraîneurs dont Gabriel Barrette.

Enseignant en éducation physique à l’établissement lavallois depuis près de 15 ans, Gabriel Barrette soutient ses élèves pour une 13e année au Défi sportif AlterGo. S’il se souvient bien de sa première expérience, le rendez-vous printanier est devenu annuel pour l’école. « Nous couronnons l’année en éducation physique par le Défi sportif AlterGo. Ça leur donne de la motivation à être actifs au-delà du cours d’éducation physique. Ça favorise aussi le maintien des saines habitudes de vie à long terme », explique-t-il.

Le hasard a bien fait les choses : l’enseignant qui a découvert ce milieu lors d’un de ses premiers contrats. « Je me sens choyé. J’y suis arrivé par hasard à cette école, mais j’y reste par choix », affirme-t-il.

« Ce qui est bien en adaptation scolaire, c’est que tu peux avoir la possibilité d’avoir des élèves sur une dizaine d’années. Nous créons des liens, nous connaissons nos élèves, avec leurs forces et leurs lacunes. L’esprit de famille qui est né dans notre établissement, moi, je trouve ça motivant. »

Aux premières présences de l’enseignant au Défi sportif AlterGo, essentiellement des élèves ayant une déficience intellectuelle de l’école Curé-Antoine-Labelle y participaient, mais depuis, des groupes d’élèves en soutien émotif et en dysphasie se sont ajoutés. Ceux en action cette semaine au Complexe sportif Claude-Robillard représentent bien cette diversité. « Nous sommes capables de faire des tournois sportifs mixtes avec nos différentes clientèles et ça fonctionne bien. C’est bien que cet événement soit un tournoi inclusif, car il permet à des élèves de différentes clientèles de participer à des activités sportives sans jugement. »

Les résultats ne se comptent pas qu’en médailles pour les participants. « Les élèves se côtoient davantage dans le sport. Il se crée des amitiés et une ambiance positive qui culminera. »

Que ce soit en soccer, baseball, minimarathon, basketball, hockey, natation, volleyball, athlétisme ou en CrossFit, ils seront plus d’une centaine d’élèves de l’école Curé-Antoine-Labelle à vivre l’expérience du Défi sportif AlterGo avec une vingtaine d’enseignants et éducateurs.

« Ça grossit chaque année. Une chance que j’ai des collègues qui s’investissent aussi. C’est un gros projet, mais qui se travaille collectivement et c’est grâce à l’implication de l’ensemble de l’équipe-école que nous pouvons le réaliser », précise Gabriel Barrette.

Passer le flambeau

Prinzy Des Sources est toujours élève à l’école Curé-Antoine-Labelle. Le sportif a participé aux dernières éditions du Défi sportif AlterGo. Cette année, c’est sur les lignes de côté qu’il regarde ses collègues de classe disputer leurs matchs de soccer.

Bien que cela lui démange un peu de sauter sur le terrain, il s’est vu confier la responsabilité d’aide-entraîneur de l’équipe par son enseignant. « C’est un élève performant alors nous lui avons dit cette année : tu donnes au suivant et donnes un coup de main en soccer », fait savoir Gabriel Barrette.

« J’aime beaucoup aider les jeunes de mon équipe et là, nous venons de gagner notre match. Je suis content, car tout le monde commence à s’entraider sur le terrain. De les encourager tout au long du match et de les entraîner me rend très fier », raconte l’élève de 17 ans.

Des élèves plus expérimentés auront aussi des tâches à accomplir durant la semaine afin de mener au bon déroulement des activités. « Ils carburent à ça. Ils adorent les responsabilités et ça les motive à prendre part au projet », conclut Gabriel Barrette.

Comme quoi, à l’école Curé-Antoine-Labelle, la relève se trouve à même les élèves!