Cette année marque la fin de mes 38 années comme directrice générale chez AlterGo. À la veille de quitter je tiens, à titre de fondatrice du Défi sportif AlterGo, à plaider de nouveau en faveur d’une reconnaissance du droit effectif de tous à la pratique sportive, comme je l’ai fait le 8 mai dernier, en recevant le prix Hommage Jacques-Beauchamp décerné par SPORTSQUÉBEC.

Je suis extrêmement fière de l’essor inespéré qu’a connu l’événement. À sa première édition en 1984, le Défi sportif des athlètes handicapés comptait quelque 720 participants. Aujourd’hui, le Défi sportif AlterGo constitue le plus grand événement multisport au Canada. Le 36e, qui avait lieu du 26 avril au 5 mai dernier, réunissait plus de 8 000 athlètes de tout type de déficiences provenant de 26 pays dans une quinzaine de sports.

Depuis ses débuts, ce rassemblement unique au monde met de l’avant les capacités des personnes ayant une limitation fonctionnelle et vise à changer les perceptions à leur endroit. Plus qu’un événement, le Défi sportif AlterGo est devenu un créateur d’accessibilité universelle qui, conjointement avec les partenaires, imagine sans cesse de nouvelles façons de faire pour aider des jeunes dits différents à trouver et prendre leur place dans le sport.

Cependant, je suis déçue de constater que le Québec est encore la seule province canadienne à offrir un tel événement sportif d’envergure où la relève côtoie l’élite. Avouons-le, le Défi sportif AlterGo est encore un secret trop bien gardé. Pourquoi? Peut-être parce que la différence fait encore peur, suscite la gêne, créé des malaises et requiert des efforts pour que la pratique sportive ne soit pas un parcours du combattant.

Au Québec, on reconnaît aux personnes en situation de handicap les mêmes droits que tous les citoyens. Pourtant, ces personnes ne peuvent exercer bon nombre de leurs droits, notamment, en sport, loisir et plein-air.  Après 36 ans, le Défi sportif n’a pas encore de « reconnaissance officielle » du gouvernement du Québec, ni de la Ville de Montréal. Si on donnait à l’organisation un statut, un appui qui la sort de la précarité, l’équipe du Défi sportif AlterGo et le monde du sport feront encore plus et encore mieux. Reconnaître le citoyen en situation de handicap comme son égal; voilà l’objectif à atteindre!

Ainsi donc, alors que le temps est venu de me retirer, je tiens à remercier les membres d’AlterGo qui nous ont toujours apporté leur confiance et tous les partenaires, les bénévoles, les athlètes avec lesquels j’ai collaboré. Nous aurons sans nul doute la chance de nous recroiser lors des prochaines éditions. Je peux quitter la direction et les responsabilités qu’elle incombe, mais pas quitter la famille du Défi sportif AlterGo.

Je passe avec confiance le flambeau à Maxime Gagnon, un rassembleur, un homme innovateur qui a fait beaucoup pour AlterGo et pour le Défi sportif AlterGo et ce, depuis 24 ans. Il possède toute la détermination nécessaire pour faire progresser cette organisation, créatrice d’accessibilité universelle, en plus d’être appuyé par une équipe hors pair au conseil d’administration.

Au revoir!

Monique Lefebvre, C.S.M.
Fondatrice du défi sportif AlterGo et ancienne directrice générale d’AlterGo